Make your own free website on Tripod.com
My Personal Site
Physiologie
Home
J. anouilh
Antigone
H.balzac
Baudelaire
Driss chraibi
J.fontaine
M.pagnol
Stendhal
P.verlaine
Voltaire
le rouge et le noir
Biologie humaine
Clonage
Désoxyribonucléique
Fécondation in vitro
Génétique, génie
Hérédité
Immunitaire, system
Mitose
MST
Physiologie
Tectonique
Volcanisme
SIDA

physiologie

physiologie

1

 

PRÉSENTATION

physiologie, étude des processus physiques et chimiques qui ont lieu dans les organismes vivants lors de l'accomplissement des fonctions vitales. La physiologie étudie des fonctions fondamentales telles que la reproduction, la croissance, le métabolisme ou la respiration qui se produisent au sein des cellules, des tissus, des organes et des divers systèmes organiques.

La physiologie entretient des relations étroites avec l'anatomie et la médecine. L'importance attachée aux mécanismes d'investigation biologique à l'aide des outils de la physique et de la chimie a fait de la physiologie une discipline distincte au XIXe siècle. Aujourd'hui, cependant, cette tendance s'oriente plutôt vers la fragmentation et la fusion avec les branches très spécialisées des sciences de la vie. On distingue trois grandes divisions : la physiologie générale, décrivant les processus de base communs à toute forme de vie ; la physiologie et l'anatomie fonctionnelle de l'Homme et des animaux, comprenant la pathologie et les études comparatives ; et la physiologie des plantes, qui étudie la photosynthèse et les autres processus de la vie végétale.

2

 

HISTORIQUE DE L'INVESTIGATION PHYSIOLOGIQUE

Les premières études de physiologie animale ont probablement eu lieu vers l'an 300 av. J.-C. initiées par un médecin d'Alexandrie, Hérophile. Celui-ci rapporte avoir pratiqué la vivisection sur le corps de criminels. Pendant les dix-neuf siècles suivants, peu d'études physiologiques ont été menées.

2.1

 

Vers la physiologie moderne

La physiologie animale moderne a fait ses premiers pas avec la découverte de la circulation du sang par le médecin anglais William Harvey en 1616. Peu après, le chimiste flamand Jan-Baptist Van Helmont développa le concept des gaz et suggéra l'usage des sels alcalins pour traiter les troubles digestifs. Le biophysicien italien Giovanni Alfonso Borelli publia des études sur le mouvement animal, postulant que la base de la contraction musculaire se trouve dans les fibres musculaires. Le spécialiste hollandais du microscope Anton Van Leeuwenhoek fit les premières descriptions de globules rouges et de spermatozoïdes. L'histologiste italien Marcello Malpighi démontra l'existence des capillaires et étudia la physiologie des reins, du foie et de la rate. Au cours de la seconde moitié de ce même siècle, l'étude des glandes a été entreprise par le médecin anglais Thomas Wharton, qui a mis en évidence la sécrétion de la salive, et par l'anatomiste danois Nicolaus Steno, qui a étudié les sécrétions des glandes lacrymales et salivaires. Le médecin hollandais Regnier de Graaf a poursuivi l'étude des glandes en découvrant l'existence de follicules dans les ovaires. Il a également mené des études sur les sucs pancréatiques et la bile. C'est un médecin anglais, Richard Lower, qui réalisa la première transfusion sanguine d'un animal à un autre, et le médecin français, Jean-Baptiste Denis, qui fit la première transfusion sanguine réussie sur un être humain.

Au XVIIe siècle, des progrès furent réalisés dans l'étude de la respiration. Le physiologiste anglais John Mayow démontra que l'air n'est pas une substance simple mais une combinaison de plusieurs éléments, dont certains ne sont pas essentiels à la vie. Au XVIIIe siècle le chimiste britannique Joseph Priestley établit que l'oxygène indispensable à la vie animale est identique à l'oxygène nécessaire pour obtenir la combustion. Peu après, Antoine Laurent de Lavoisier, chimiste français, parvint à isoler l'oxygène et affirma que le sous-produit de la respiration est le dioxyde de carbone.

2.2

 

La physiologie aux XVIIIe et XIXe siècles

La physiologie moderne doit beaucoup aux travaux menés au XVIIIe siècle par le médecin hollandais Hermann Boerhaave et son élève, le scientifique suisse Albrecht von Haller. Au travers de leur critique des iatrochimistes (scientifiques réduisant la physiologie à des réactions chimiques) et des iatrophysiciens (scientifiques réduisant la physiologie à des réactions physiques), ils ont posé les bases d'une étude intégrée de la physiologie. Haller a été le premier scientifique à établir que la matière vivante était douée d'excitabilité.

Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, le médecin italien Luigi Galvani démontra que les muscles des pattes d'une grenouille peuvent se contracter par stimulation électrique, et le physiologiste italien Lazzaro Spallanzani fit des recherches sur l'action du suc gastrique dans la digestion. Spallanzani étudia également la fécondation et l'insémination artificielle chez les animaux inférieurs.

La grande figure de la physiologie animale au XIXe siècle est le physiologiste français Claude Bernard qui étudia le métabolisme des hydrates de carbone chez l'Homme. Ses travaux ont également porté sur le système nerveux autonome dont il décrivit de nombreuses fonctions. Sa plus grande contribution fut de montrer que les organismes vivants ne sont jamais inertes mais en perpétuel changement dynamique pour maintenir leur équilibre interne. Les principes de Claude Bernard ont été vérifiés et améliorés, durant la première moitié du XXe siècle, par le physiologiste américain Walter Bradford Cannon, qui qualifia cet état dynamique d'homéostasie et démontra que le corps est capable de s'adapter en cas de danger. Cannon mit en évidence certains processus du corps humain tels que la régulation de la chaleur interne, le pouvoir tampon du sang, et la réaction de stress accompagnée d'une sécrétion d'adrénaline par les glandes surrénales.

Au cours du XIXe siècle, la physiologie du système nerveux a été étudiée par l'anatomiste britannique Charles Bell, qui décrivit les fonctions sensorielles et les nerfs moteurs. Le physiologiste français François Magendie répertoria les fonctions des nerfs rachidiens et explora les mécanismes de la déglutition et de la régurgitation. Le physiologiste français Pierre Flourens fit des recherches sur les fonctions du cervelet et fut un pionnier de l'investigation en physiologie animale. Le physiologiste allemand Johannes Peter Müller établit que la perception se produit par des organes sensoriels recevant des stimuli. Ernst Heinrich Weber, physiologiste allemand, découvrit les deux types de nerfs stimulant le cœur et fut l'un des premiers à reconnaître que le système nerveux autonome est composé de deux systèmes antagonistes. Weber mena également des recherches sur les mécanismes de la perception.

Le premier laboratoire de recherches de physiologique et de psychologie a été fondé par l'Allemand Wilhelm Wundt à la fin du XIXe siècle.

Au cours de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, l'élan donné par une nouvelle science, la bactériologie, mena aux recherches sur l'immunité. Les figures importantes en sont le naturaliste russe Élie Metchnikov, qui développa la théorie de la phagocytose, et le bactériologiste allemand Paul Ehrlich, qui élabora une théorie sur la formation des anticorps.

Pendant cette même période, la physiologie des glandes endocrines fit l'objet d'une étude par le physiologiste britannique Edward Albert Sharpey-Schafer, qui établit qu'un extrait des glandes surrénales, reconnu plus tard comme de l'adrénaline, augmentait la tension artérielle. Plusieurs années après, les physiologistes britanniques William Maddock Bayliss et Ernest Henry Starling découvrirent qu'un extrait intestinal, appelé « sécrétine », provoque l'écoulement de suc pancréatique. Ils proposèrent le terme d'hormones pour désigner des substances circulant dans le sang et capables d'agir sur d'autres organes. Des travaux ultérieurs sur les hormones mirent en lumière des données importantes sur les mécanismes de la croissance et de la reproduction.

3

 

PROGRÈS RÉCENTS

Les progrès les plus importants du XXe siècle furent la découverte de nouvelles hormones, la reconnaissance du rôle des vitamines, la découverte des groupes sanguins, le développement de l'électrocardiographie et de l'électroencéphalographie, une meilleure compréhension du métabolisme, du rôle des enzymes et du système immunitaire.

La première moitié du XXe siècle a vu également la découverte de la cause de l'anémie pernicieuse et de son traitement par les médecins américains George William P. Murphy et George H. Whipple. De grands progrès ont été faits dans la compréhension des réflexes, concept philosophique élaboré à l'origine par le philosophe français René Descartes qui distinguait les réactions involontaires des animaux des réactions humaines, plus rationnelles. Ce concept a été affiné par les travaux de zoologistes allemands, qui l'ont décrit en termes physiologiques. Une meilleure compréhension de ce phénomène fut possible grâce au neurophysiologiste britannique Charles Sherrington, qui démontra l'importance des réflexes dans le fonctionnement du système nerveux. Le concept de réflexe conditionné, décrit pour la première fois au XVIIIe siècle par le physiologiste britannique Robert Whytt, prit toute sa mesure avec les travaux du physiologiste russe Ivan Pavlov et ceux du neuropathologiste russe Vladimir Bekhterev. À tort ou à raison, ces travaux ont eu un impact immense sur la psychologie et l'enseignement. Ils inspirèrent notamment les bases du béhaviorisme à son fondateur, le psychologue américain John B. Watson. Les travaux du psychologue américain B.F. Skinner sur le conditionnement ont également été déterminants.

Au cours du XXe siècle, des progrès considérables ont été réalisés en neurologie. Le physiologiste britannique Edgar Douglas Adrian mesura et enregistra les potentiels électriques des organes sensoriels et des fibres des nerfs moteurs. Ses travaux furent suivis par ceux des physiologistes américains Joseph Erlanger et Herbert Spencer Gasser, qui démontrèrent les différences fonctionnelles entre les fibres nerveuses et utilisèrent l'oscilloscope pour enregistrer les impulsions électriques parcourant ces fibres. D'autres recherches menées par le biochimiste américain Julius Axelrod, le physiologiste suédois Ulf von Euler, et le médecin britannique Bernard Katz soulignèrent le rôle d'agents chimiques spécifiques dans la transmission des impulsions nerveuses. Ces recherches furent fondamentales pour comprendre le fonctionnement du système nerveux.

 

 

Enter supporting content here